titre_nouveautes

Zoom sur la littérature jeunesse

Les éditeurs jeunesse veulent-ils vraiment le bien de la planète ?

26 juin 2018

Après les chroniques du 23 avril, 8 mars et 2 février 2018, Eric Lombard, physico-chimiste très au fait de l’écologie, continue son analyse des livres jeunesse qui sont publiés dans ce domaine.  Aujourd’hui : On fait du bien à notre planète, Iréna Aubert, Grenouille éditions, mai 2018 (12,90 €)

C’est bien d’informer et de sensibiliser les jeunes, mais encore faut-il le faire correctement ! Voici encore un documentaire jeunesse sur l’écologie dont l’amateurisme ne permet pas de le distinguer de ceux que nous avons récemment analysés.

Cet album a d’indéniables qualités, mais impossible de le recommander. Pourquoi ?

Florilège :
– p19 et 20 : confusion malheureusement classique entre N2O (protoxyde d’azote), gaz à effet de serre émis par les activités agricoles et NOx (oxydes d’azote), gaz polluants toxiques émis par les moteurs et les chaudières.
– p20 « Qu’est-ce qui envoie le méthane ? – Les immenses fermes qui élèvent des vaches (les pets de vache) » D’abord ce ne sont pas les pets des vaches qui posent problème, c’est le processus de rumination, qu’on trouve aussi chez le mouton. Et évidemment, cela n’a rien à voir avec la taille des fermes, plutôt avec notre goût immodéré pour la viande.
– p20 « Qu’est-ce qui envoie le CO2 ? – 1. Les centrales électriques » Désigner les centrales électriques comme premiers émetteurs de CO2 dans un pays où 80% de l’électricité est nucléaire, comme le rappelle trop discrètement un encadré sur la même double page, n’est pas pertinent. C’est vrai au niveau mondial, mais encore aurait-il fallu le préciser.
– p24 « Pourquoi n’utilise-t-on pas l’eau des océans ? » Réponse : parce que ça coûte encore très cher parce qu’il faut beaucoup d’énergie (sous entendu, pour la désaliniser). Pas un mot sur les émissions de CO2 liées à l’énergie…
– p29 « Dans le nord de l’Océan Pacifique, un immense tas de déchets en plastique flotte à la surface de l’eau ». Il ne s’agit heureusement (ou malheureusement) pas de tas, mais de micro-déchets en suspension dans l’eau.
– p33 L’auteur liste les arguments pour et contre l’agriculture intensive. Dans les contre, elle mentionne l’utilisation de farines animales pour nourrir les vaches, alors que ça fait belle lurette qu’elles sont interdites, et surtout elle passe sous silence les gros problèmes posés par l’utilisation massive de soja ou de maïs.
– p43 Dans les petits gestes du quotidien, aucune hiérarchisation et beaucoup de gestes importants ne sont pas mentionnés. Exemple : « Je baisse le chauffage quand j’aère la chambre. » Oui, mais ce qui est plus important encore, c’est de baisser le chauffage la nuit et quand on n’est pas là, ou de mettre des pulls. Rien sur la viande, les transports.
– p48 Dans le chapitre sur la biodiversité : « Pourquoi coupe-t-on des forêts entières ? Pour développer l’agriculture : on a besoin de plus de nourriture, donc de plus de champs et de plus d’élevages. » La réponse passe à côté de la vraie raison : la demande croissante de viande qui demande de grandes superficies de culture pour nourrir les animaux.
– p49 « Les plantes absorbent le CO2. C’est pour cela qu’il est important de planter des arbres là où la pollution est grande, par exemple le long des autoroutes. » La pollution par le CO2 est une pollution globale. Il faut certes planter des arbres, mais nul besoin de le faire le long des autoroutes.
– p50 Dans le chapitre sur les animaux en danger, la seule raison invoquée pour les protéger est le bien de l’homme : « les hommes ne peuvent vivre sans la nature ». Il aurait été bon de rappeler, comme dans l’introduction, que c’est pour « le bien-être de tous les êtres vivants dans le respect de notre planète »
– p52 Sur la dernière page, un encadré intitulé « On réagit ! » dit en substance qu’il y a des ONG qui luttent contre la dégradation de la planète et des ministères de l’écologie dans beaucoup de pays. « Cependant, l’action la plus efficace serait d’agir tous ». Et de rappeler le conte du colibri. Très bien, mais nos petits gestes de tous les jours seront encore plus efficaces s’ils sont guidés et encouragés par des politiques éclairées…

A lire aussi dans la rubrique Humeur : Edition jeunesse : la quantité nuit à la qualité

 

Vitrine football

12 juin 2018

Quelques fictions centrées sur le ballon rond, parues ce printemps 2018

Album petits
      T’choupi champion de foot / Thierry COURTIN-Nathan, juin 2018, 5.70 €
C’est une chose de s’entraîner, une autre de jouer un match.

Pop  joue au foot / BISINSKI & SANDERS-Ecole des loisirs, loulou & cie, juin 2018, 11.20 €
Pop et ses amis jouent avec un ballon quand Crocopatte le crocodile s’en empare. S’ils veulent le récupérer, ils doivent gagner un match. L’enjeu est de taille, mais ça vaut le coup d’essayer.

 Albums
Le dictionnaire du parfait footballeur / Philippe JALBERT-Larousse jeunesse, mai 2018, 13.50 €
Catalogue humoristique de 45 règles de bonne conduite (jeu, équipement, hygiène, équipe) mises en scène avec des animaux sportifs qui prennent les recommandations au pied de la lettre ou font carrément le contraire.

Premières lectures
Max fou de foot / Gwenaëlle BOULET-Bayard, petit à petit je lis, mai 2018, 5.90 €
Deux titres :
Le club de l’étoile. Max aime voir les matchs à la télé et en parler avec ses copains de classe. Il voudrait jouer au foot mais ses parents préféreraient qu’il fasse de la musique ou du dessin.


Tous ensemble ! Max a pu intégrer le club de l’Etoile. Au premier match, il veut faire un coup d’éclat, mais il oublie que le foot est un sport collectif.

Essie : Et si j’étais championne de foot ? / Claire CLEMENTBayard, youpi je lis, mai 2018, 5.90 €
Le rêve d’Essie se réalise. Elle a été élue meilleure buteuse de l’équipe de France féminine. Mais la préparation des matchs lui prend tout son temps et lui met la pression. Le sport de haut niveau, c’est exigeant et difficile.

 Romans  Cadet
Clairefontaine, l’école des bleus : La rentrée / Fabrice COLIN-Nathan, mai 2018, 10.95 €
C’est la rentrée  au prestigieux Institut national du football. Les 23 jeunes qui ont réussi le concours d’admission en première année sont contents et inquiets. Désiré, plus que les autres. Les autres paraissent tellement plus doués et plus à l’aise.


Clairefontaine, l’école des bleus : Le choc / Fabrice COLIN-Nathan, mai 2018, 10.95 €
Au cours d’un des premiers entraînements de l’année, Nolan n’a pu éviter un tacle trop énergique de Pablo. Sa cheville est cassée et doit être opérée. L’immobilisation isole Nolan de l’équipe. De son côté, Pablo culpabilise et son jeu s’en ressent.

Roman junior
Trop fort, Tony ! /  Eric SIMARD-Oskar, société, reprise juin 2018, 5.95 €
Un inconnu offre au jeune Tony un flacon d’une potion aux vertus soi-disant magiques pour marquer des buts. Si ​ce produit dopant fait gagner son équipe, pourquoi pas ?  Seulement est-ce vraiment sans risque ?

 Romans ados
La décision / Christophe LEON-Oskar Jeunesse, mai 2018, 7.95 €
Zaïm, jeune orphelin syrien surdoué en football est repéré dans un camp de réfugiés. Envoyé dans le centre d’entraînement d’un grand club de Stuttgart, il s’entraîne pour être le meilleur. Le garçon est promis à une grande carrière sportive et prêt à tout pour y arriver. Mais pour cela, il va devoir prendre une décision qui pourrait bouleverser sa vie…


Petrol-Saint Germain  / Eric SIMARD-Oskar court-métrage, reprise mai 2018, 6 €
Publié en 2014, ce court récit qui dénonce les dérives du foot business est malheureusement toujours d’actualité.

 

 

Sélection nouveautés jeunesse – mai 2018

2 juin 2018

De nos lectures de mai 2018, voilà les titres que nous retenons et trouvons particulièrement réussis  etoile2 :

ALBUMS  Bébé  :

ISADORA Rachel : J’entends un cornichon (Circonflexe)*Choix du lundi

ALBUMS  Petit (2-5) :

JOHN Jorry : Dis Ours, tu rentres bientôt ? (Little Urban)
GERIN Etienne : Monsieur Vroum (La Pastèque)
LACROIX Alexandre : Dragons au boulot ! (Père Castor)
MATTIANGELI Susanna : A la plage (Seuil jeunesse)
PROMEYRAT Coline : Gros Glouton et P’tit Malin (Didier jeunesse) etoile2Choix du lundi

ALBUMS  Benjamin (5-8) :

CANTAIS Claire : Big Bang Pop ! (L’Atelier du poisson soluble)
COULATY Aurélia : Dans le ciel (Amaterra)
DEBECKER Benoît : Arthur le Bandit (Seuil jeunesse)

ALBUM Intergénérationnel  :

PREVOT Franck : Oddvin, le prince entre deux mondes (HongFei)etoile2Choix du lundi

ROMANS Cadet  (8-11) :

DE COCK Michael : Rosie et Moussa, une lettre de papa (Bayard jeunesse)
FUENTES Roland : La patrouille du rire (Nathan, premiers romans)

ROMANS Junior (11-13) :

DE MULLENHEIM Sophie : Pierrot et Miette (Fleurus) Voir pack 5e
HOESTLANDT Jo : L’homme clé (Thierry Magnier, petite poche)
FRIER Raphaële : C’est notre secret (Thierry Magnier, petite poche)
ROBBERECHT Thierry : Le rapport Timberlake (Mijade, zone J)

ROMANS Ado (13-15) :

CROSSAN Sarah : Swimming pool (Rageot)
FONTENAILLE Elise : Alcatraz Indian land (Oskar)

ROMANS  Grand  Ado (15 et +) :

BAUDE Pierre-Marie : Laomer (Gallimard jeunesse)
REGNAULT Adeline : A 18 ans demandons l’impossible (Casterman) Voir vitrine mai 68

DOCUMENTAIRES  Benjamin :

DUCASSE Fanny : C’est de saison ! (De La Martinière)

DOCUMENTAIRES Cadet :

GREGOIRE Fabian : La première guerre mondiale (EDL, grandes images de l’histoire)
GUYON Thibaud : La révolution industrielle (EDL, grandes images de l’histoire)
LEVEQUE Anne-Claire : Les bananes (Ricochet, je sais ce que je mange)

 DOCUMENTAIRES  Junior :

SALA Felicita : Au 10, rue des jardins / recettes du monde à partager (Cambourakis)

 

Les déchets, une mine d’or

3 mai 2018

Eric Lombard, scientifique très au fait de l’écologie continue son analyse de  livres jeunesse sur le sujet. Aujourd’hui : Les déchets,  une mine d’or de  Marie-Agnès Le Rochais (16.50 €) aux éditions Des ronds dans l’O.

Ce documentaire paru en 2017 mais dont nous n’avons pris connaissance que ce mois-ci, à l’occasion de la sortie d’un livre de la même collection* (chez Respire), ne tient pas les promesses de son titre.

En effet, si vous cherchez à en savoir plus sur le recyclage et la valorisation des déchets ou sur l’économie circulaire, cherchez en un autre ! Dans celui-ci, il est trop peu question de déchets, encore moins de recyclage.
C’est en fait un fourre-tout de sujets écologiques dans l’air du temps, dans lequel ont été empilées sans aucune logique des informations plus ou moins pertinentes.

Qu’ont à voir les énergies renouvelables, la pollution de l’air et de l’eau, la « force verte » avec le sujet annoncé ?

Pourquoi un chapitre sur les déchets nucléaires ? En quoi sont-ils une mine d’or ?

Pourquoi intituler un chapitre « déchets chimiques », alors qu’il n’y est question que de la trop grande utilisation des produits chimiques ? La gestion des déchets y est expédiée en une phrase : « Et puis les déchets voyagent très loin, on croit s’en débarrasser en les diluant dans l’air, la terre ou la mer, mais dans la nature, tout va quelque part».
Et si on souhaite en savoir plus, un encadré fournit l’information suivante : « Une augmentation de la fiscalité du diesel est préconisée. Une circulation alternée pour les voitures comme pour les avions. » C’est vrai que la pollution de l’air due aux voitures ou aux avions peut être considérée comme un déchet – et même un déchet considérable si on prend en compte le CO2 et sa contribution à l’effet de serre. Mais encore faudrait-il faire le lien ! Quant aux mesures évoquées, l’augmentation de la fiscalité du diesel n’est plus « préconisée », son alignement avec celle de l’essence a démarré en 2014, la circulation alternée des voitures a été remplacée par la circulation différenciée (interdiction des voitures les plus polluantes) et pour les avions, il n’a jamais vraiment été question de circulation alternée, pour la bonne raison que ça ne veut rien dire…
Les fake news ne se trouvent pas que sur les sites complotistes !

Mentionnons pour terminer le décalage entre les références bibliographiques destinées à un public adulte, voire initié, et le contenu du livre qui se veut à la portée des jeunes.

Eric LOMBARD

* Ces paysans qui  nous nourrissent  de Christine FLAVENT, sorte de journal de bord d’un périple dans le monde agricole français d’aujourd’hui.

Vitrine mai 68

2 mai 2018

Des titres parus ce printemps en littérature jeunesse pour découvrir l’époque de 1968 et les évènements de mai, ou s’en souvenir.

ALBUM
Véro en mai  / Yvan POMMAUX  & Pascale BOUCHIE – Ecole des loisirs,  2008-2018, 16.50 €.
C’était quoi la vie quotidienne à Paris en mai 68 ? Pourquoi et comment les évènements l’ont perturbée puis ont touché tout le pays ? La vie familiale, scolaire, sociale et politique vue par Véronique, en CM1 à Paris, dont le grand frère est au lycée.


Mai 68 de A à Z / Danièle Ohayon & Patrick Fillioud – Oskar, histoire & société, 2018, 12,95 €
Cet ouvrage s’ouvre par une présentation des origines du mouvement de mai 1968 et les changements auquel il a conduit. Il se poursuit par un abécédaire allant du journal Action paru le 7 mai 1968 jusqu’à Zig-zag. Y sont ainsi évoqués le contexte social, économique et politique ainsi que les différents mouvements, lieux et personnages représentatifs de ces bouleversements en France et à l’étranger. Ce livre au format de poche, parsemé de quelques affiches en noir et blanc, se termine par des repères chronologiques de 1965 à 1975

PREMIER ROMAN
Des fleurs sur les murs / Cécile ROUMIGUIERE & Aurélie GRAND – Nathan, premiers romans, 2018, 7.20 €
A l’épicerie du village tenue par ses parents, Hélène, 9 ans, se cache sous la table pour dessiner sur des cahiers. Elle entend les adultes parler des manifs à Paris, des grèves, mais surtout de la menace de fermeture de l’usine locale de vélos. Avec des copains, ils préparent  une campagne d’affichage.

ROMAN ADO et GRAND ADO
68 Année zéro / Paule DU BOUCHET – Gallimard, scripto, 2018,  9.90 €
Roman autobiographique plein de charme et de vitalité. En mai 68, l’auteur, 16 ans est en terminale dans un lycée du quartier latin où elle habite. Fascinée par  Dany, elle aimerait prendre une part active aux manifestations de rue et pas seulement aider sa mère à ravitailler des étudiants à la Sorbonne. En tous cas, les choses bougent, plus rien ne sera comme avant.

ROMAN GRAND ADO
A 18 ans demandons l’impossible / Adeline REGNAULT – Casterman, 2018, 12€
Madeleine s’est installée dans une chambre de bonne pour faire ses études à la Sorbonne. Elle raconte sa première année 1967-1968 avec les amphis bondés, sa vie amoureuse avec Jean, militant très actif à Nanterre, les événements du monde et ceux de France et de Paris : les manifs, les grèves, puis les élections auxquelles les moins de 21 ans comme elle ne peuvent encore participer. Cette fiction est complétée par un dossier documentaire.

DOCUMENTAIRE
Mai 68 de A à Z / Danièle Ohayon & Patrick Fillioud – Oskar, histoire & société, 2018, 12,95 €
Cet ouvrage s’ouvre par une présentation des origines du mouvement de mai 1968 et les changements auquel il a conduit. Il se poursuit par un abécédaire allant du journal Action paru le 7 mai 1968 jusqu’à Zig-zag. Y sont ainsi évoqués le contexte social, économique et politique ainsi que les différents mouvements, lieux et personnages représentatifs de ces bouleversements en France et à l’étranger. Ce livre au format de poche, parsemé de quelques affiches en noir et blanc, se termine par des repères chronologiques de 1965 à 1975.

INTERGENERATIONNEL
Mai 68 raconté aux enfants / Philippe GODARD – De La Martinière, 2018, 14.50 €
Documentaire incontournable. Après une contextualisation historique, les évènements sont présentés par séquences thématiques : contestation, universités, grèves, barricades, libération des femmes, les slogans, la répression, de Gaulle… En insert, trois portraits : celui d’une étudiante, d’un ouvrier et de commerçants. Riche iconographie noir et blanc.