/Déchets, une mine d’or ? On aimerait le croire…
­

Déchets, une mine d’or ? On aimerait le croire…

23 avril 2018

Eric Lombard, physico-chimiste très au fait de l’écologie, continue son analyse des livres jeunesse qui sont publiés dans ce domaine (*). Aujourd’hui : Les déchets, une mine d’or de Marie-Agnès Le Rochais (16.50 €) aux éditions Des ronds dans l’O.

Ce documentaire paru en 2017 mais dont nous n’avons pris connaissance que ce mois-ci à l’occasion de la sortie d’un livre de la même collection, Respire (**), ne tient pas les promesses de son titre. Si vous cherchez à en savoir plus sur le recyclage et la valorisation des déchets ou sur l’économie circulaire, trouvez-un autre livre ! En effet, dans celui-ci, il est trop peu question de déchets, encore moins de recyclage, juste un peu de « récupe ».

C’est en fait un fourre-tout de sujets écologiques dans l’air du temps, dans lequel ont été empilées sans aucune logique des informations plus ou moins pertinentes.

Qu’ont à voir les énergies renouvelables, la pollution de l’air et de l’eau, la « force verte » avec le sujet annoncé ?

Pourquoi un chapitre sur les déchets nucléaires ? En quoi sont-ils une mine d’or ?

Pourquoi intituler un chapitre « déchets chimiques », alors qu’il n’y est question que de la trop grande utilisation des produits chimiques ? La gestion des déchets y est expédiée en une phrase : « Et puis les déchets voyagent très loin, on croit s’en débarrasser en les diluant dans l’air, la terre ou la mer, mais dans la nature, tout va quelque part. ».
Et si on souhaite en savoir plus, un encadré fournit l’information suivante : « Une augmentation de la fiscalité du diesel est préconisée. Une circulation alternée pour les voitures comme pour les avions. » C’est vrai que la pollution de l’air due aux voitures ou aux avions peut être considérée comme un déchet – et même un déchet considérable si on prend en compte le CO2 et sa contribution à l’effet de serre. Mais encore faudrait-il faire le lien ! Quant aux mesures évoquées, l’augmentation de la fiscalité du diesel n’est plus « préconisée », son alignement avec celle de l’essence a démarré en 2014, la circulation alternée des voitures a été remplacée par la circulation différenciée (interdiction des voitures les plus polluantes) et pour les avions, il n’a jamais été question de circulation alternée, pour la bonne raison que ça ne veut rien dire…
Les fake news ne se trouvent pas que sur les sites complotistes !

Mentionnons pour terminer un grand décalage entre les références bibliographiques destinées à un public adulte, voire initié, et le contenu du livre qui se veut à la portée des jeunes.
Eric LOMBARD

* Voir les chroniques du 8 mars et du 2 février 2018.

** Ces paysans qui nous nourrissent de Christine FLAVENT, sorte de journal de bord d’un périple dans le monde agricole français d’aujourd’hui.